Les amis du Patrimoine de Masle

14, place de l'Eglise - Mâle

61260 - Val-au-Perche

 

 Accueil                  Courriel               Adhésion                  Contacts                    

                      

 

Commençons par un petit historique illustré

 

Histoire d’eau - Histoire d’une fontaine au bourg de Mâle

 

1866-1867-1868-1969 

 

(Extrait du registre des délibérations du conseil municipal du 4 août 1867) Le maire, Jean Achille Duval

« Messieurs le bourg de Masle compte présentement 54 ménages et 157 habitants. Il n’y existe, vous le savez, aucune fontaine publique. Trois puits particuliers servant à l’usage exclusif des ménages qui les ont creusés s’y trouvent seulement. Tous les autres ne peuvent s’approvisionner qu’à la fontaine de la Bellangerie située à l’extrémité ouest du hameau de ce nom et à une distance de près de cinq cents mètres du centre du bourg, c’est donc une distance, en moyenne, d’environ un kilomètre qu’il faut parcourir pour se procurer un seau d’eau.

Depuis longtemps, vous le savez des plaintes surgissent de toutes parts pour faire cesser cet état de choses et des réclamations ont même été présentées à M. le Sous-Préfet dès l’année 1858 pour lui demander d’intervenir et d’inviter le conseil municipal à faire conduire au bourg l’eau de cette source » …

Depuis cette époque des changements importants se sont opérés. L’ancien cimetière a presque disparu et le contour de l’église, en majeure partie dégagé, laisse un emplacement propre à l’établissement d’un bassin où j’ai pensé à faire venir de l‘eau, non de la Bellangerie puisque l’impossibilité en est constatée, mais de chercher une source ailleurs.

J’ai remarqué depuis longtemps, et vous comme moi, dans toutes les saisons, même les plus sèches, une humidité constante dans l’un des fossés du chemin vicinal de Mâle à la route impériale n° 23 de Paris à Nantes à un endroit situé à 660 mètres environ du pied de la tour de l’église et élevé d’une douzaine de mètres au moins au-dessus du niveau de la partie supérieure du bourg où l’eau pouvant facilement arriver puisque le terrain présente une pente de 0,02 m par mètre à peu près. » …

… « Avant d’entreprendre aucun travail de conduite j’ai dès la fin de l’année 1866 fait creuser, jusqu’à la profondeur de trois mètres seulement, un puits dans lequel l’eau s’est montrée avec une certaine abondance.

Un captage est établi et une conduite en tuyaux de terre cuite de 50 cm de long amène l’eau dans un réservoir de 10 400 litres au pied de la tour de l’église. On descend quelques marches pour atteindre un robinet qui permet de puiser l’eau et le trop plein du réservoir se déverse dans un bassin.

Une souscription auprès des habitants du bourg qui s’élève à la somme de 659 francs permet de financer une partie de la dépense. Monsieur le Marquis de Chamillart de Saint-Jean du Bois, près de la Suze dans la Sarthe, propriétaire de la Petite terre et apparenté aux de Saint-Pol de Masles, donne 100 francs, Le Muet curé de la paroisse donne 50 francs, Honoré Breton journalier donne 3 francs…

 

1881-1882

En 1881, un projet de prise d’eau à la Bellangerie n’est pas retenu.

En 1882, la commune creuse un puits avec pompe près de l’entrée du presbytère (La mairie actuelle).

 

1904-1905-1906-1906

(Extrait du mémoire du 23 septembre 1905)

« Pour assurer l’alimentation du bourg en eau potable, le Conseil municipal de Mâle avait fait établir en 1869-1870 une canalisation en tuyaux de terre cuite avec réservoir en maçonnerie dans le bourg et bassin de trop-plein. Cette installation fonctionna bien pendant quelques années, puis par suite sans doute de l’obstruction de tuyaux mal joints, et aussi peut-être par l’effet de tassements, elle cessa de fournir l’eau nécessaire aux habitants du bourg.  …

… le Conseil municipal désirant éviter les inconvénients résultant de l’emploi de tuyaux en terre cuite a demandé l’établissement d’une conduite libre en tuyaux de fonte coaltarisée, à emboîtement façon Paris devant résister à une pression de 10 atmosphères, ce genre de canalisation ordinairement utilisé pour les distributions d’eau présente toutes garanties pour réaliser une conduite solide et étanche. »

(Extrait du registre des délibérations du conseil municipal du 18 février 1906)

« C’est principalement pour les écoles que cette prise d’eau a été décidée : car les habitants du bourg ont déjà une pompe publique qui leur fournit de l’eau, on peut dire suffisamment. On avait eu l’idée de creuser un puits à chacune des écoles, mais on a reconnu qu’à l’école des garçons surtout la chose n’était pas possible, à cause du voisinage forcé des latrines dont le fond est si peu étanche que jamais, depuis 60 ans qu’elles ont été établies, les excréments n’en ont été extraits : ils sont aujourd’hui à la hauteur qu’ils étaient il y a 20 ans, 30 ans etc., et pourtant les lieux d’aisances servent tous les jours …

Cette nouvelle installation est inaugurée lors de la fête communale de printemps le dimanche 19 mai 1907.

Sur les cartes postales suivantes, le bassin et la fontaine et la borne-fontaine de l’école des garçons.

 

1968

L’adduction d’eau est terminée sur tout le territoire de la commune. L’eau de la source de la Grange est acheminée jusqu’à deux châteaux d’eau au Gibet et à la Malbroue. (Actuellement un puits creusé aux Côtiers alimente Mâle et La Rouge.)

La pompe sur le puits et le robinet de la fontaine sont supprimés et pendant de nombreuses années un parterre de fleurs à l’emplacement du bassin dessine le nom de la commune : MALE, MASLE ou MASLES, ça c’est une autre histoire !

Lors de travaux dans le bourg la canalisation de 1907 est cassée à divers endroits notamment au niveau de l’école des filles. Une vanne de puisage est maintenue à la sortie du parking de la salle polyvalente.

 

2020

Avec l’association du patrimoine de Mâle, la commune décide, lors des travaux d’aménagement du bourg, de rétablir une canalisation qui conduit l’eau au pied de la tour de l’église à la fontaine sculptée par Nicolas Courtin.

 

----------------------

 

Jusqu’au XIXème siècle, Mâle manque d’eau. En effet le bourg ne compte qu’une seule fontaine

et trois  puits. Il faut attendre 1868 pour que soit utilisée la source située dans la côte du Tertre. 

 

 

Sa captation permettra la pose d’une toute première canalisation et la création d’une fontaine

et d’un  bassin creusé en côté de l’église (comme en atteste des cartes postales anciennes).

 

 

Qu’à cela ne tienne ! Dans le cadre du réaménagement prévu du bourg, des villageois nostalgiques

 souhaitent faire revivre cet espace vide et s’activent pour la réimplantation de ce point d’eau.

 

 

L’association des Amis du Patrimoine de Masle a travaillé en étroite

 collaboration avec la municipalité pour la réalisation de ce projet

 

 

 

 

 

 

Ecole des garçons, la borne-fontaine est en bas à droite...

 

Tuyaux en terre cuite de la première adduction

 

 

Article du journal pour la fête communale de printemps

et l'inauguration, le dimanche 19 mai 1907, de l'adduction d'eau du Tertre

et de la canalisation de cette eau dans le bourg et aux écoles

 

 

  

                   Construction de la fontaine de Mâle     

Mai 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le 18 juin 2020, suite de la construction,

pose du haut du fronton et mise en eau

 

 

 

 

 

 

 

 

Une salamandre, créature de la terre et des eaux, posée sur le fronton

semble attentive au bruit de l'eau

 

 

 

24 juin 2020, la touche finale avec la pose de la nouvelle rambarde

(la bouteille de coca pour prouver la sobriété de celui qui a posé la rambarde)

 

(Sans la bouteille de coca)

 

La plaque “Eau non potable” est bien visible à gauche de la fontaine

8 juillet 2020

Baptême de la fontaine par le bureau des

"Amis du Patrimoine de Masle"

 

 

 

 

 

                        Accueil                                                                                          

  Les Amis du Patrimoine de Mâle

14, place de l'Eglise - Mâle

61260 - Val-au-Perche

----------

patrimoine.masle@yahoo.fr