Les amis du Patrimoine de Masle

14, place de l'Eglise - Mâle

61260 - Val-au-Perche

 

 Accueil                  Courriel               Adhésion                  Contacts                    

 

Reliquaire

 

Chapelle de la Vierge restaurée en 2012

 

 

Eglise Saint Martin de Mâle

 

Avec son porche du XIII siècle, sa porte latérale du XVI, son clocher du XVI et la toiture remaniée au XVIII, l'église Saint Martin de mâle est un ensemble architectural qui fait honneur à notre village.

L'ensemble a été inscrit au titre des Monuments historiques par le ministère de la culture en 1991.

L'intérieur de l'église est riche d'un mobilier important provenant essentiellement d'un dépôt d'éléments de l'abbaye royale des Clairets située sur la commune et disparue en 1791.

Les éléments les plus importants de l'église sont :

bullet

L'autel daté de la moitié du XIII siècle, réalisé soit par un artiste de l'école mancelle (deux noms sont avancés : Coiffeteau ou Lebrun) soit par J.M. Pesche, artiste de la Ferté-Bernard résidant à Bellême (informations recueillies auprès d'Eric Yvard, historien du patrimoine du Perche).

bullet

Un ensemble de sculptures composé de quatre reliquaires du XVIème siècle et- d'une statue de Sainte Catherine en terre cuite.

bullet

Deux tableaux représentant, l'un : L'apparition du Christ à Marie Madeleine, du XVIIème et provenant de l'abbaye des Clairets, et l'autre : La résurrection de la fille de Jaïre, huile signée Dehodencq (dont plusieurs œuvres sont conservés au musée d'Orsay à Paris) qui fut commandé par la commune de Masle en 1846 (le bon de commande et l'esquisse du tableau sont aux archives de Dijon).

bullet

L'ensemble de ce mobilier est soit classé soit inscrit au titre des Monuments historiques.

Les restaurations des reliquaires et de la statue de Sainte Catherine ont été réalisés en 2000 par une artiste percheronne, Laetitia Guillemin et la statue de Saint Martin par Pascal Pecchioli.

Qui était Saint Martin ?

 

 

 

Reliquaire

 

Reliquaire

 

Saint Martin avant restauration

 

Saint Sébastien après restauration

 

Sainte Barbe en réparation

 

Sainte Barbe

 

2ème station avant restauration

 

2ème station après restauration

 

Apparition du Christ à Marie-Madeleine pendant restauration par Annie Legrand

 

Christ avant restauration

 

Bannière de Saint Martin, à restaurer

 

Bannière des Charitons

 

 

Les premières restaurations du  retable ont été réalisées en 2006 avec la restitution

des deux anges adorateurs situés de part et d'autre du tabernacle.

Ce travail a été exécuté par un artiste de Nocé, Jean-Claude Callaud

 

 

 

 

 

 

Chapelle restaurée  en 2012  par Jean-Claude Callaud  

et les bénévoles de l'association du patrimoine

 

Inauguration de l'ensemble des travaux en juillet 2012

par Monseigneur Habert, évêque de Sées et l'abbé Jacques ROGER

 

 

Vitrail contemporain conçu par Chantal Giraud

et réalisé par les ateliers Loire de Chartres en 2013

Saint Martin (St Brice) après restauration

 

Saint Sébastien avant restauration

 

 

Sainte Barbe après restauration

 

Sainte Ceronne

 

1ère station après restauration

 

Autre station après restauration

 

Résurrection de la fille de Jaïre, restauré par Annie Legrand

 

Christ après restauration

 

Bannière des Charitons  à restaurer

°°0°°

 

 

Histoire de Saint Martin

Chef-reliquaire de saint Martin

Chef reliquaire de Saint Martin

Argent doré et cuivre, émaux de basse-taille (restaurés au XXe siècle), réalisé à Avignon (?), fin du XIVe siècle. Provient de l'église de Soudeilles (Corrèze, France).

 

 

 

Fête de Saint Martin le 11 novembre

Patron de la France, des soldats, des mendiants et des hôteliers

 

Saint Martin naquit en 316 en Pannonie de parents païens et fut élevé à Pavie. Saint Martin fut envoyé en garnison à Amiens par son père, ancien légionnaire romain. C'est un soir d'hiver qu'il croisa sur son chemin un pauvre homme transi de froid. Il lui offrit alors la moitié de son manteau. 

Pourquoi la moitié et pas tout ? Serait-ce là une charité bancale ? Pas du tout. Il faut savoir que l'état romain ne versait que la moitié des sommes nécessaires à l'achat des armes et de l'uniforme des soldats. Aussi Saint Martin ne pouvait-il donner que la moitié du manteau dont il était propriétaire, l'autre appartenant au service de l'intendance. Après cette rencontre, Saint Martin fit un rêve qui lui fit apparaître que ce pauvre était en réalité Jésus-Christ. 

Alors, en 339, il se fit baptiser. Il refusa évidemment de continuer à se battre et fut pour cela emprisonné. Accusé de lâcheté, Saint Martin proposa de se placer, désarmé, entre les deux lignes ennemies. Il put enfin mettre un terme à sa carrière de soldat dés qu'il fut relâché. A son retour en Pannonie, Saint Martin convertit sa mère et son entourage. Il alla prêcher contre l'arianisme en Illyrie mais fut banni du pays. Il se rendit en Italie et se mit à dos l'évêque arien de Milan, Auxence qui l'exila. Puis il vécut en reclus durant quelques temps sur une petite île des côtes de la Ligurie. Martin rejoignit ensuite Hilaire de Poitiers lorsque celui-ci retrouva son siège après le bannissement que lui avait infligé l'empereur Constance en 360. Martin établit un monastère à Ligugé où des disciples vinrent le rejoindre. Ce fut la première communauté semi-érémitique fondée en Gaule. 

Saint Martin partit pour Poitiers pour prêcher la bonne parole et fut proclamé par le peuple évêque de Tours en 371 malgré son opposition. Il vécut dans une cellule près de la cathédrale durant les premiers temps puis s'installa à Marmoutier dans une communauté constituée de 80 moines. 

Il fonda également plusieurs autres monastères. Dans les régions isolées, Saint Martin se mobilisa afin de détruire les temples païens et les arbres sacrés.

Bien qu'en opposition avec la doctrine des priscillianistes, Saint Martin prit la défense de ces derniers condamnés à mort par la cour impériale afin qu'ils soient jugés par l'Eglise. 

Saint Martin opéra nombre de miracles tels la guérison d'un lépreux. Il mourut le 11 novembre 397 et son tombeau fut immédiatement l'objet d'un pèlerinage très populaire. L'été de la Saint Martin correspond à une période de beau temps qui se situe autour de sa fête.

 

 

Saint Martin renonce à sa vie militaire et de chevalier, par le peintre italien Simone Martini

 

Saint Martin de Tours

     

                        Accueil                                                                                          

  Les Amis du Patrimoine de Mâle

14, place de l'Eglise - Mâle

61260 - Val-au-Perche

----------

patrimoine.masle@yahoo.fr